Comédiens et Compagnie - tous droits réservés 2019

Falstaff

Falstaff (ou Mastoc joue Shakespeare).
Suite au bombardement du théâtre qui avait abrité Moustic & Mastoc alors qu’ils jouaient avec succès « Un Jeune Homme pressé » d’Eugène Labiche, nos deux compères se sont perdus de vue. Mastoc, pour survivre et retrouver son âme frère, continue sa carrière de comédien et suivant ainsi les nombreux conseils de spectateurs plus ou moins bien intentionnés, décide d’interpréter Falstaff;

Le Falstaff de Mastoc est celui des pièces historiques « Henri IV » et « Henri V ». Ce Falstaff vieillissant, méprisé de tous pour son embonpoint, essaie de glisser son corps généreux à travers les trahisons politiques de son temps, les guerres meurtrières, les rumeurs assassines.
Sinon avec bravoure, au moins avec panache, il trace son chemin avec un humour particulier qui ne craint ni de se moquer de lui même ni de se contredire. Falstaff est un masque burlesque qui contrairement à Don Quichotte ne vit pas dans les romans mais dans la réalité sordide et matérielle de son temps, celui des Plantagenets comme celui de la reine Elisabeth ou du troisième Empire. Mastoc est un avatar de Falstaff perdu dans les années 1850.
1850 ! la dramatocratie bat son plein : le théâtre non content d’être populaire, joue à être le reflet, parfois déformant, de son époque, mais est surtout appelé à distraire les citoyens, à les éloigner de tout radicalisme, fonction que le théâtre élisabéthain avait tout autant.
Le spectacle est parcouru de chansons et de musiques (Trompinette et ukulélé), du merveilleux texte shakespearien et d’improvisations mastoquiennes, il est traversé par les accents amoureux du vieux sentimental comme par la satire du bouffon, un spectacle drôle et émouvant, un spectacle « Burlesques Associés », un « Gros » seul en scène..

Falstaff
2018 - 1h05
M. S. : Jean Hervé Appéré
Seul en scène
A partir de 10 ans

Une comédie, mordante, drôle et surtout extrêmement bien pensée et interprétée.

Toute la culture - juin 2018

Du merveilleux texte shakespearien aux improvisations mastoquiennes, ce Falstaff est traversé par les accents amoureux du vieux sentimental, comme par la satire du bouffon...